Détail de la posture heisoku dachi

Publié le par SERRE

Détail sommaire de la posture heisoku dachi

En karaté-do

Certains nomment cette posture pieds joints, mais qu’y a-t-il derrière cette posture qui parait très simple, si elle est abordée superficiellement…

 

  • DSC07135

La station est debout, les tranchants internes des pieds sont joints, les doigts de pieds écartés afin d’y placer de l’énergie (tout au moins à la mise en place de la posture heisoku dachi) et de faire travailler les muscles entourant ceux-ci.

Le poids est lâché sur les talons, une bonne sensation des plantes de pieds avec le sol.

Chevilles relâchées, non spécialement verrouillées…

Les jambes sont jointes, elles sont « yangisées », on met de l’énergie dans les jambes, une certaine force, les genoux sont verrouillés, pour compléter l’aspect yang de la partie inférieure au HARA, on peut contracter légèrement les muscles des cuisses afin de «  tracter » les rotules vers le haut, en calant l’articulation des genoux bien au fond (ce qui est très bon pour la santé des genoux)…

Le bassin est en état de rétroversion, c’est-à-dire, basculement du bassin, qui a pour effet de mettre à la verticale la région des vertèbres lombaires en protégeant la région lombaire car un certain effet yang est induit par la rétroversion du bassin…

La rétroversion du bassin s’obtiendra par une légère contraction des fesses et des muscles pelviens et un basculement du bassin.

Le bassin doit rester sous contrôle, le bas du dos vertical et protégé.

Ainsi on obtient une sensation d’enracinement au sol avec l’effet yang de tout le bas du corps, comme une lance plantée au sol…

L’effet yang sur les jambes et le bassin est contrebalancé, par un effet « yinisant » sur le haut du corps et notamment la cage thoracique que l’on ressent alors plus souple si l’on est vraiment à l’écoute de soi et donc de son corps, ce qui a pour effet direct de faciliter la respiration et donc le développement de l’énergie, de la lucidité  ou du CHI et de l’équilibre général…

L’équilibre yin et yang de toute chose induit, d’une façon naturelle, et vous n’avez pas à vous l’imposer, qu’en « yangisant » le bas du corps, spontanément le haut se « yinise »… avec des nuances que nous n’aurons pas le temps de préciser.

Les vertèbres dorsales sont ni creusées, ni bombées, mais à l’aplomb ou à la verticale des vertèbres lombaires,

Le bas du corps yang, et le bassin yang et en état de rétroversion, agit comme un socle fort, base de la respiration, respiration facilitée par une cage thoracique souple, car naturellement rendue yin par l’effet yang du bas du corps.

 

Omoplates  et épaules naturellement relâchées, ni trop yin, ni trop yang…

Surveiller l'équilibre avant et arrière du corps, c'est-à-dire sternum ou thorax et omoplates.

Bras tombant et relâchés de chaque coté du corps, les coudes pesant sur les épaules…

Pour l’équilibre sagittal, l’équilibre  gauche droite, veiller à relâcher de l’intérieur les muscles du thorax et des cotes, surtout du coté tuteur souvent le coté droit…

Rentrer le menton dans la gorge, pousser le haut et l’arrière du crane vers le haut sans pencher la tête en avant, tout en reculant la tête, cela a un quadruple effet :

-cela met les vertèbres cervicales en état de légère élongation, mais sans brutalité, ce qui favorise la circulation de l’énergie,

-cela met les vertèbres cervicales à la verticale des vertèbres dorsales et des vertèbres lombaires ce qui a pour effet d’être correcteur pour la colonne vertébrale et favorise la circulation de l’énergie, on peut le percevoir dans la durée…

-cela crée une extension vers le haut de la colonne vertébrale ce qui remet de l’énergie dans chaque vertèbre, si parallèlement à la poussée vers le haut, on fige le bassin en état de rétroversion, cela a aussi pour effet secondaire de corriger l’équilibre gauche droite, ou l’équilibre sagittal, et de mieux répartir le poids du corps sur chaque talon.

- cela a pour effet, d’ouvrir la trachée et le chemin de l’oxygène un peu plus.

Il convient parallèlement de relâcher les muscles du visage etc

Bien entendu, il y a aussi un mental passif à installer dans la tête, ou l'état d'écoute. On se maintient dans le silence dans sa tête, cela est obtenu quand on ne lance aucune question dans sa tête, et quand on a l'intelligence de ne pas répondre aux idées (des réactions de notre mémoire) qui peuvent surgir à tout moment, sans avoir à les repousser, juste en s'installant dans une écoute PASSIVE dans sa tête.

Cette posture heisoku dachi serait encore très longue à détailler, si on prend le temps de la ressentir totalement, une séance peut être indispensable à son étude !

Chaque posture de karaté-do pourra être étudiée en profondeur, car trop souvent le pratiquant manipule une quantité énorme de postures, de katas etc sans vraiment en avoir étudié une seule à fond, ou du moins si « à fond » n’existe pas, en profondeur.

 

Chaque posture de karaté-do a son équilibre yin et yang, il convient de le comprendre par l'écoute intérieure,

chaque posture est un état d'équilibre,


Gil SERRE

 

 

PROCHAIN STAGE ADULTE A TOURNON, les 28 et 29 janvier 2012, bientôt la feuille de stage sur le blog, bonnes fêtes!!!

Commenter cet article