Distinguer le FAUX du VRAI, c’est aussi la VOIE MARTIALE

Publié le par SERRE

Quelques vérités sur

le KARATE-DO SHOTOKAI

Distinguer le FAUX du VRAI, c’est aussi la VOIE MARTIALE

 

 P4080483

Je souhaitais rebondir sur les commentaires laissés par Yves THELEN puis Yves AYACHES que vous pouvez consulter sur le texte concernant l’apprentissage des katas. (Cliquer sur voir les commentaires en fin de texte, pour les réflexions de Yves AYACHES).

Veuillez lire ces commentaires avant de poursuivre la lecture du présent texte. Merci. 

 

Tout d’abord, si moi, Gil SERRE,  je me fais prendre en photo plusieurs fois avec le prix Nobel de mathématiques, cela ne garantit en rien que j’ai un niveau correct en mathématiques !

 

Aussi, si je me fais prendre en photo avec sensei FUNAKOSHI ai-je son « génie » ?

 

De plus, bien heureusement, la photographie n’a pas pour effet de transférer la compréhension, la lucidité et le savoir-faire des uns sur les autres, sinon cela se saurait, et certains, bien malheureusement, avides de reconnaissances et de réussites, en « abuseraient ».

 

Alors arrêtons de prendre les gens pour des imbéciles avec ces albums photos. Ceci dit, je ne suis personnellement pas contre des jolies photos pour « immortaliser » un moment sympa ! Ou démontrer une technique etc.

 

Concernant les voyages au JAPON, ou je ne sais ou, je ne vois pas en quoi voyager garantit une pratique de qualité et une bonne compréhension des enjeux du DO ? Le lien de cause à effet reste à expliquer ! Et ce sera difficile à mon sens car il n’y en a aucun.

 

En effet, une « bonne pratique » n’est principalement que le fruit d’une recherche personnelle, et non le fruit de nombreux voyages en « terre sainte », pardonnez moi l’expression !

 

Concernant le nombre d’années de pratique dont certains se targuent à tout va, c’est ridicule, bien entendu si la pratique a été assidue, ces années garantissent une accumulation  importante de savoir et de savoir-faire en terme de keiko, mais encore faut-il que la pratique fut  assidue, intelligente, rompant chaque jour avec les habitudes etc

 

En effet, il faut que la signification du « DO » ait été comprise, et que l’ancien pratiquant cumulant de nombreuses années de karaté-do n’ait pas pratiqué pendant toutes ces années dans un esprit d’envie , d’attente de reconnaissance, d’attente de grades, d’espoir d’être le sensei le plus regardé, reconnu, qui dirige le groupe ayant le plus de pratiquants etc.

 

En effet, si cet « ancien » a pratiqué  dans cet esprit d’attente et d’envie, dans  ce cas, les années de pratique n’ont été qu’au service du gonflement et du renforcement de son EGO, de son « MOI », et non au service de la connaissance de soi, ce qui a pour conséquence directe une perte de lucidité croissante au fil des années de pratique (voir ma citation sur le blog à ce sujet).

 

Il convient donc de se méfier de ceux qui se disent grands maîtres en pensant détenir la vérité, ou souhaitant le laisser croire ! Car la « vérité » n’est pas un point fixe, elle n’est pas un état, elle ne peut donc jamais être détenue !

 

 

Concernant les structures ou les groupes organisés, pardonnez moi mon discours un peu direct, mais pour la grande majorité, elles ne sont que l’expression des EGO de ceux qui les dirigent. Et à travers ces structures qui se livrent bataille (gentiment ! pas toujours !) pour avoir le plus de clubs ou le plus d’adhérents, la plupart du temps c’est une guerre des EGO des responsables techniques ou administratifs qui se livre, c’est une forme de compétition entre groupes et entre EGO ! c’est en totale opposition avec le sens du « DO ».

 

C’est pour cette raison, qu’à mon sens, il faut dépasser ces différentes structures si l’on veut suivre le DO. Car ces structures ne sont pas au service de la « VOIE », mais à celui de l’EGO de certaines personnes.

 

 

 

Pardonnez moi, mais il est bon de dire quelques vérités en la matière, afin de distinguer le faux du vrai, c’est aussi la VOIE MARTIALE !

 

Pour terminer, je dirais que l’expression de l’EGO n’est pas le monopole des directions techniques ou administratives de ces groupes.

 

 

Il est évident qu’avoir un professeur compétent est un plus, et qu'il n'y a pas que le travail et la recherche personnelle qui comptent.

 

 

Ceci dit, je connais des « anciens » avec une « super mentalité » ! Et avec de bonnes compétences.

 

Bien amicalement.

 

 

Gil SERRE.

 

Merci de cliquer en bas à droite pour lire les commentaires sur ce texte

 

Commenter cet article

Alain HAGOPIAN 27/09/2010 13:48



Bonjour,


 


Juste une parenthèse pour féliciter Monsieur Gil Serre pour tout ce qu’il écrit au sujet du Shotokaï. La question fondamentale n’est
pas de juger ses écrits mais de l’encourager à continuer car il démontre un réel engagement dans la transmission avec les moyens qui sont les siens sur ses années de pratique et la compréhension
du karaté qui en découle.


 


Donc, les tirades de Mon Ami de longue date Yves Ayache sont légèrement hors sujet, construisons au lieu de dénigrer.


 


Si je peux ma permettre, à mon avis toutes les analyses sur le kata ne sont pas sans fondement elles reflètent seulement le niveau de
vision de son auteur qui est étroitement lié à son niveau atteint.


C’est pour cela qu’il est courageux et difficile d’écrire car la vérité d’un jour peut être contredite le lendemain par
soi-même.


Donc les analyses personnelles doivent être traitées et lues avec le même respect qu’un échange physique au cours d’un
keiko ou l’on confronte notre niveau atteint avec un partenaire.  


 


Il est vrai que si l’on prend à l’état brut les techniques offensives et défensives de certains katas il parait évident que celles-ci
n’auraient que peu d’utilité dans la pratique du shotokaï actuel, mais pourquoi ne raisonner qu’à ce niveau primaire et ne pas voir les choses différemment en utilisant le kata en autres pour la
formation du corps, pour sa coordination par exemple en utilisant des techniques difficilement applicables en Kihon et par là même choisir le katas en fonction de son contenu.


Si nous regardons de plus près certains katas favorise le travail en moroté, d’autres le travail des jambes, d’autres sont composés
pratiquement que d’attaques ou à l’inverse que de défenses et je n’aborde que les points les plus visibles mais je reste persuadé qu’il existe beaucoup de domaines cachés que nous découvrirons en
progressant encore.


 


Pourquoi nos Senpaï Harada et Murakami senseï et j’associe évidemment Oshima senseï insistaient et insistent encore beaucoup sur
l’essence des kata, à mon avis pas par tradition mais pour la transmission du savoir que le kata contient à différent niveau de compréhension de la pratique, les maîtres qui ont atteint un haut
niveau le savent. Les autres se contenteront de décortiquer un gedan baraï ou autres techniques alors que vraisemblablement le mouvement technique est la première chose à oublier dans le
kata.


 


Il existe un texte dans le livre de Jigoro Kano le fondateur du Judo moderne qui  donne
une version intéressante sur le but du kata.


Je peux vous le fournir si vous ne l’avez pas.


Dans ce contexte ce qui s’applique au kata de judo s’applique également au kata de karaté et kendo ou tout autre art martial.


 


Cordialement.


 


Alain HAGOPIAN



serge chasson 26/09/2010 16:23



cher Gil.


 


 


J approuve totalement ton texte concernant les années de pratique et les voyages au japon, etc.


Le sage peut voir le monde sur le pas de sa porte...


C'est toujours la même histoire, en somme, les Egos, comme tu dis.


Personnellement, j'ai bien aimé le japon, mais c'est pas là qu'on peut en apprendre plus, à mon avis.


J'ai bien connu Ayache, ainsi que Thélen. je crains que les deux ne soient à côté de la plaque, mais pour des raisons différentes. Enfin, après tout, chacun fait ce qu'il veut; seulement, le
problème, c'est qu'ils sont sûrs de détenir LA vérité. Enorme erreur.


 


Au plaisir.  Serge


Bien à toi.



Dom 26/09/2010 14:41



Tout à fait d'accord avec le fond de ce texte. Ai beaucoup plus d'estime pour les débutants enthousiastes et sincères, que pour les "expérimentés" sclérosés et endormis sur leurs dan's.
Heureusement, il existe des anciens ayant accédé à la maîtrise, mais avec la particularité d'être discrets et peu visibles ...